02/02/2022

Quoi de neuf?

Yanick Villedieu : réunir la science, la littérature et l’amour

Par Marie-Pier Gagnon. Un homme épris d’une femme. Une femme éprise d’un homme. Des échanges de lettres à faire rougir, à faire rêver aussi. Point de départ, la science. Voilà l’histoire derrière Lettres biologiques, amours interdites, une mise en lecture théâtralisée reprenant les mots véridiques du frère Marie-Victorin et de sa fidèle collaboratrice Marcelle Gauvreau.

Les Éditions du Boréal ont publié deux livres reprenant l’intégralité de la correspondance secrète du frère Marie-Victorin et de Marcelle Gauvreau. Lui, un homme de science, passionné de botanique. Elle, une femme de vingt-deux ans sa cadette, tout aussi passionnée de botanique. Il avait fait vœu d’abstinence, et elle de célibat.

Intrigués par des sujets communs, ils se sont mis à s’écrire jusqu’à échanger une correspondance à forte connotation sexuelle. Pour la science, il va de soi. Marie-Victorin disait d’ailleurs que « rien de ce qui est humain n’est interdit à la curiosité scientifique. »

Voir le spectacle

Ils se seront échangé des lettres pendant onze années. « C’est la mort du fondateur du Jardin botanique de Montréal, en 1944, qui aura mis un terme à leurs échanges. Une mort abrupte, dramatique. Digne d’un scénario de film. Digne d’être portée à la scène aussi », répondra Yanick Villedieu, à qui lui l’on doit l’idée originale de Lettres biologiques, amours interdites.

Un personnage énorme et moderne
« C’est un personnage énorme qui est à l’origine de la naissance de la communauté scientifique canadienne-française, qui défendait la théorie de l’évolution. C’était un homme très moderne qui disait que l’avenir du Canada français passait par l’ouverture aux sciences », résume avec intérêt M. Villedieu au sujet de celui qu’il campe sur scène. Sous les projecteurs, il est accompagné par Céline Bonnier qui reprend, avec tout le talent qu’on lui connait, les mots de Marcelle Gauvreau, botaniste qui a fait sa marque comme enseignante, écrivaine et journaliste.

Dans un décor rappelant un Montréal des années 1930, le duo invite le public à découvrir l’évolution de la relation, de l’amour entre les deux scientifiques, sans jamais déroger des écrits originaux. Cela a d’ailleurs demandé un énorme travail de recherche et de sélection de textes à Yanick Villedieu qui a fait appel à la metteuse en scène Marika Lhoumeau pour l’aider dans cette tâche. « Ce que l’on voulait, c’est faire une pièce de théâtre. Montrer cet amour qui monte tout en gardant l’esprit des lettres. »

Nul besoin de bonifier les écrits. La qualité littéraire était au rendez-vous tout comme le drame, la passion, les rebondissements. « Il y a quelque chose de très, très fort dans cette histoire-là. Les gens qui ont vu le spectacle ont tous été très touchés », souligne humblement M. Villedieu. Le tout est enrobé d’une trame sonore originale.

Comme une recréation
Ce n’est pas la première fois que la lecture sera présentée devant public lors du passage de l’équipe au Pôle culturel de Chambly. La création originale a eu lieu dans le cadre du Festival international de littérature (FIL) il y a déjà un an.

Villedieu partage avec nous son bonheur de remonter sur scène, lui qui confie ne pas être un comédien, feuille de route à l’appui. Journaliste de profession et animateur radio, il fut à la barre de l’émission Les années lumière sur les ondes de Radio-Canada Première pendant 35 ans jusqu’en 2017. Un esprit plutôt cartésien. D’ailleurs, la première fois qu’il est monté sur scène avec une production originale, c’était en 2018. Il présentait Du Big Bang à la double hélice, une lecture dans laquelle il interprétait des textes de scientifiques tels que Charles Darwin, Albert Einstein et Hubert Reeves afin de rappeler que science et littérature ne sont pas si loin l’un de l’autre.

Il en garde de précieux souvenirs et un désir renouvelé d’aller à la rencontre du public. Et cette fois, ce sera en compagnie d’une grande artiste. « Je suis aux anges d’avoir Céline Bonnier avec moi sur scène. Ça donne quelque chose de très bon », conclut-il en invitant les gens à plonger dans l’univers de Marie-Victorin, avec eux.

Lettres biologiques, amours interdites
30 avril 2022 à 20 h
Pôle culturel de Chambly
Places réservées


Crédit photo : Marie-Andrée Lemire

INFORMATIONS ET BILLETTERIE

Adresse

30, boulevard du Séminaire N.,
Saint-Jean-sur-Richelieu, QC
J3B 5J4

Heures de la billetterie

Du lundi au samedi de 10 h à 18 h.

Veuillez prendre note de l’horaire d’été pour la billetterie :

25 juin au 25 août : Mardi au samedi de 13 h à 18 h

26 août au 14 septembre : Mardi au samedi de 12 h à 18 h


Travaillez avec nous