07/02/2024

Quoi de neuf?

Rhapsodie : Une épopée chorégraphique

Par Véronique Joubert, Agence Mickaël Spinnhirny. Une création, c’est toujours une aventure. Celle-ci commence en 2019, alors que Sylvain Émard apprend qu’il pourra travailler avec une vingtaine d’interprètes professionnels grâce au Fonds national de création du Centre national des Arts du Canada. Une occasion rare en danse contemporaine. C’est le début d’un long processus, truffé de surprises et de défis.

Bien sûr, le chorégraphe a déjà fait danser des groupes, c’est même sa spécialité : Le Grand Continental, ça vous dit quelque chose ? Pour les néophytes, il s’agit de chorégraphies à ciel ouvert dansées par des amateurs depuis 2009 (65 danseurs à la première édition, et jusqu’à 375 danseurs en 2017 !). Autant dire que faire danser 20 interprètes professionnels est un défi très surmontable pour le chorégraphe. Ce qui l’est moins, c’est le contexte qui se dessine.

La danse est une célébration

En 2019, les danseurs sont sélectionnés et le processus de création entamé. La pièce porte sur la danse comme exutoire et comme rituel collectif : « Depuis toujours, je suis fasciné par les pistes de danse et par celles et ceux qui les fréquentent. Mon désir est de capturer l’essence de ces rassemblements pour mieux mettre en relief ce qui constitue une forme de rituel païen dont la portée est profondément ancrée dans la contemporanéité », confie Sylvain Émard

Rythmée, portée par la musique et précisée dans l’espace, la chorégraphie met l’énergie du groupe au centre de la célébration. Observateur sensible et attentif de ses contemporains, Émard capture la pulsion de vie des êtres qui ne se regardent pas danser, l’abandon subversif des corps sur la piste de danse.

Quelques embûches

Vingt danseurs en studio c’est beaucoup, et quand la pandémie s’en mêle en 2020, Émard doit modifier son projet pour respecter les règles sanitaires. Il reprendra Rhapsodie quand la situation le permettra, c’est-à-dire quand les corps pourront se rapprocher, mais pour le moment, pas question de poursuivre le projet initial. Malheureusement, durant cette période d’incertitude, plusieurs danseurs quittent la danse pour un autre domaine, ce qui entraine une distribution incomplète. Après avoir recruté de nouveaux interprètes, le chorégraphe explore la notion de rassemblement à deux mètres de distance dans Prélude #1 – Le Cercle et Prélude #2 – Le Carré, tous deux présentés sur l’Esplanade de la Place des Arts. On est à l’automne 2021. Avec l'assouplissement des règles sanitaires, la création de Rhapsodie peut reprendre. La gestuelle des Préludes y est intégrée. En février 2022, l'œuvre est enfin présentée en salle à Montréal. Pour permettre une plus grande proximité avec le public, la scène est à 360 degrés, entourée de spectateurs. Une webdiffusion est aussi disponible. On est (encore !) dans une vague pandémique et la salle ne peut être remplie qu’à moitié, mais la réception est excellente. La proximité des corps fait le plus grand bien, et la musique de Poirier et de Martin Tétreault fait mouche. Par la suite, Rhapsodie est présenté à plusieurs reprises et est actuellement en tournée au Québec. Mission accomplie !


Danser Rhapsodie

Matéo Chauchat fait partie des interprètes. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur son expérience de répétition et de scène. « C’est vraiment rare d’être 20 danseurs en studio, alors travailler en aussi grand groupe, ça demande un travail d’équipe, un travail d’écoute. Ça apporte une dynamique particulière, qui est assez chouette. C’est très dynamisant, inspirant. » Lors des représentations, les danseurs sont sur scène pendant toute la durée de la pièce. « Ça demande un bon cardio et de la présence pour tenir l’espace et la dynamique pendant 60 minutes. On joue avec la fatigue que ça apporte, mais comme il faut continuellement battre la mesure dans notre tête, on reste très actif mentalement. On doit se laisser aller, tout en étant vigilant. »

Fascinant comment un projet peut se ressembler dans son histoire comme dans son résultat ! Fruit de cinq ans de travail à s’ajuster constamment aux circonstances, Rhapsodie est encore un défi à relever à chaque représentation, de façon individuelle et collective. Comme le dit si bien Matéo Chauchat : « Je compare ça à un voyage non-stop : on le vit à fond et on se retrouve à la fin. »

On souhaite à tous un excellent voyage, aux artistes comme au public !

Danse contemporaine. Chorégraphie : Sylvain Émard. Musique originale : Poirier et Martin Tétreault. Interprètes : Lou Amsellem, Sophie Breton, Charles Cardin-Bourbeau, Matéo Chauchat, Félix Cossette, Marilyne Cyr, Marie-Michelle Darveau, Janelle Hacault, Mathieu Hérard, Kyra Jean Green, Christopher LaPlante, Alexandre Morin, Erin O’Loughlin, Mateo Picone, Raphaëlle Renucci, François Richard, Cara Roy, Marie-Philippe Santerre, Lila-Mae Talbot et Camille Trudel-Vigeant. Photo : LePetitRusse. Coproduction : Sylvain Émard Danse et Danse Danse. Durée : 1 h, sans entracte.

Sylvain Émard Danse – Rhapsodie
22 mars 2024 à 20 h
Salle Desjardins
Théâtre des Deux Rives

Photo David Wong

INFORMATIONS ET BILLETTERIE

Adresse

30, boulevard du Séminaire N.,
Saint-Jean-sur-Richelieu, QC
J3B 5J4

Heures de la billetterie

Du lundi au samedi de 10 h à 18 h.

Horaire des fêtes jusqu'au 24 décembre
Du lundi au dimanche de 10 h à 18 h.

Travaillez avec nous