13/05/2023

Quoi de neuf?

Paul Doucet : plaider les grandes causes du Québec

Par Jennifer Tremblay. Au moment où j’écris ces lignes, Paul Doucet a déjà joué plus de 50 fois la pièce Verdict en duo avec Marie-Thérèse Fortin. Le succès de cette production est un fait irrévocable. À quoi tient-il ? Les critiques sont excellentes et unanimes : les quatre plaidoiries, tirées de l’histoire juridique du Québec et adaptées pour la scène, sont livrées de façon magistrale.

« On a aussi présenté le spectacle en matinées scolaires, et les jeunes réagissent à des moments différents. Ils ne sont pas touchés nécessairement par les mêmes passages que les adultes. Et ça, ça m’apprend beaucoup sur leur sensibilité », me raconte un Paul Doucet heureux. Parce que partir en tournée, il adore ça : « J’aime voir du pays, voir les gens où ils sont ! »

C’est à deux artistes au sommet de leur art que les productions Agents Doubles ont confié le mandat peu banal de présenter sur scène des plaidoiries qui ont marqué notre histoire et fait évoluer les lois et… les mentalités. Les deux documentaristes, Nathalie Roy et Yves Thériault, ont passé un nombre incalculable d’heures à éplucher des causes dont on reconnait qu’elles ont eu un impact sur la société. Ils ont arrêté leurs choix sur quatre causes parmi les quarante qu’ils ont identifiées comme adaptables pour la scène. Ils se sont ensuite assurés de choisir les extraits les plus éloquents des plaidoiries, car il avait été convenu que chacune ne devait pas dépasser vingt minutes. Le théâtre, ce n’est pas la cour ! « Il fallait des plaidoiries visuelles, expressives », explique le comédien, très au fait de la genèse du projet.

Les spectateurs et spectatrices sont donc plongés au cœur de l’affaire Joyce Echaquan, qui a profondément ébranlé le Québec récemment ; la question du mariage gai, qui a été défendue par la célèbre avocate Anne-France Goldwater ; l’affaire Henry Morgentaler, dont l’issu a mené à la légalisation de l’avortement ; et finalement, l’affaire Basil Parasiris, pour laquelle le public est appelé à jouer le rôle de jury.

Voir Verdict

Si les textes originaux ont subi quelques coupures, aucune phrase, aucun mot n’en a été changé. Aussi, les avocats et avocates qui les ont portés ont donné leur aval au projet, bien entendu. Se sont-ils reconnus sur scène ? « Il n’était pas question d’imiter les avocats. Le metteur en scène Michel-Maxime Legault ne nous a pas dirigés dans ce sens. Mais force est de constater que les mots dictent l’attitude. La plaidoirie de 1973, par exemple, est beaucoup plus sobre, plus solennelle. »

Michel-Maxime Legault a aussi fait le choix de briser le quatrième mur, ce dispositif imaginaire qui sert à créer une frontière entre l’espace théâtral (la scène) et l’espace réel (le public) : « Dès notre arrivée sur scène, on s’adresse directement au public. Et puis après la plaidoirie de l’affaire Basil Parasiris, on donne une minute aux gens pour décider si l’accusé est coupable ou non. Dans la réalité, le jury avait délibéré pendant trois jours. Mais jusqu’à ce jour, le vote du public correspond exactement à la décision qu’avait prise le jury ! »

Le sujet de la justice a toujours sa place dans la société, mais peut-être que ce spectacle arrive à point nommé, ce qui expliquerait aussi son succès. « On a rarement l’occasion de faire des recherches approfondies sur ce qu’on entend aux nouvelles. Verdict donne cette opportunité d’approfondir… Les gens ont soif de temps de réflexion. On sort de l’espace informatif pour aller beaucoup plus loin. On prend le temps de vivre les émotions qui viennent avec ces histoires qu’on explique clairement. »

On a beaucoup vu Paul Doucet au cinéma et à la télévision ces dernières années, mais toujours il garde une place dans son agenda pour la scène. Il a d’ailleurs entamé en 2021 une tournée en solo d’un spectacle de 80 minutes intitulé Trajectoire, et dans lequel il parle de son parcours d’homme et d’artiste. Il est monté seul sur les scènes des Îles-de-la-Madelaine, de la Gaspésie, du Bas-du-Fleuve, de la Côte-Nord, etc. « Ce que j’aime du théâtre, c’est qu’il permet de prendre le temps de réfléchir à la condition humaine. » Voilà exactement ce à quoi nous invite Verdict. « Les gens ont envie de jaser après le spectacle parce que comme citoyen, on est confronté. On est ébranlé dans nos certitudes », ajoute Paul Doucet, aussi généreux en entrevue que sur scène.

Comédie dramatique. Mise en scène : Michel-Maxime Legault. Direction artistique : Pierre Bernard. Adaptation : Yves Thériault. Interprétation : Marie-Thérèse Fortin et Paul Doucet. Production : Les Agents Doubles. Durée : 1 h 15, avec entracte.

Verdict
23 septembre 2023 à 20 h
Salle Desjardins
Théâtre des Deux Rives


Photo Sarah Larouche

INFORMATIONS ET BILLETTERIE

Adresse

30, boulevard du Séminaire N.,
Saint-Jean-sur-Richelieu, QC
J3B 5J4

Heures de la billetterie

Du lundi au samedi de 10 h à 18 h.

Veuillez prendre note de l’horaire d’été pour la billetterie :

25 juin au 25 août : Mardi au samedi de 13 h à 18 h

26 août au 14 septembre : Mardi au samedi de 12 h à 18 h


Travaillez avec nous