18/05/2024

Quoi de neuf?

Marc Messier : Sortir de sa zone de confort

Par Véronique Daudelin. La pièce à succès Le père, de l’auteur français Florian Zeller, prend la route tout l’automne dans sa version québécoise. Alors que Marc Messier ne pensait plus remonter sur scène, il se félicite d’avoir accepté le rôle principal : une des expériences les plus satisfaisantes de son parcours.

Présentée à guichets fermés ce printemps au Théâtre du Nouveau Monde, Le père raconte l’histoire d’André, 80 ans, atteint de la maladie d’Alzheimer. Puisqu’il est de moins en moins autonome, sa fille, interprétée par Catherine Trudeau, le prend chez elle le temps de lui trouver une aide-soignante. « Il est dans le déni, raconte Marc Messier à propos de son personnage. Il ne veut rien savoir d’une aide-soignante. Il est de plus en plus perdu, ce qui le rend agressif et un peu difficile à supporter pour sa fille et le conjoint de celle-ci. »

Marc Messier a joué au théâtre toute sa vie, précisément chaque saison depuis sa sortie de l’école de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe en 1971. Après l’immense tournée de >Broue, présentée plus de 3000 fois en 38 ans, et après un spectacle solo qu’il a présenté ces trois dernières années, il s’était dit que la scène, c’était peut-être terminé pour lui. « J’ai toujours aimé jouer au théâtre, mais ça fait une vie particulière qui devient difficile avec les années, surtout que j’en ai fait beaucoup ! » Cela dit, aussitôt qu’il a lu la pièce, adaptée pour le public québécois par Emmanuel Reichenbach, il a été tellement touché qu’il a d’emblée accepté. « C’est un rôle très riche, dit-il. Il y a un côté profondément humain, avec des moments où les gens rient et des moments extrêmement tristes. C’est très intéressant de jouer le destin de cet homme-là. »

L’auteur lui-même qualifie sa pièce de farce tragique, comportant au départ des situations loufoques qui mènent à des scènes de plus en plus dramatiques. Pour Marc Messier, ce rôle lui permet d’aller dans plusieurs directions et de jouer la tragédie de façon intense comme il a rarement eu l’occasion de le faire. « Le plus grand défi, c’est l’intensité des situations. C’est une pièce qui est hyper réaliste. Il faut être extrêmement vrai. » Le public apprécie manifestement ce voyage émotif qui mène du rire aux larmes ; la pièce a été présentée en supplémentaire lors de sa création au TNM.


Que ce soit pour un rôle sur scène ou à l’écran, ce qui plait surtout à Marc Messier, au-delà de l’histoire, c’est la puissance et l’intérêt du personnage à interpréter. Dans le cas de cette pièce, le personnage d’André représente la réalité des personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. « Les gens atteints par cette maladie ont tous un peu les mêmes fixations, c’est-à-dire une espèce de paranoïa à un moment donné, explique-t-il. Ils ont peur de se faire voler leurs trucs. Lui, dans la pièce, c’est sa montre, qu’il perd continuellement. C’est classique. Ils cherchent tout le temps leur montre. Ils essaient d’avoir un rapport au temps parce que le temps leur échappe. »

Les gens qui forment l’équipe sont aussi un élément dont Marc Messier tient compte avant de prendre part à un projet. Pour Le père, il a été dirigé par la metteure en scène Édith Patenaude. « Édith est une femme hyper intéressante, qui a une réelle vision des choses. J’ai beaucoup aimé travailler avec elle. Le métier d’acteur, c’est un métier de rencontres. Je n’avais jamais travaillé avec aucun membre de la distribution. Ce sont des gens généreux et talentueux. »

Ces gens talentueux avec qui il partage la scène, ce sont Catherine Trudeau, Noémie O’Farrell, Adrien Bletton, Jean Fayolle Jr et Sofia Blondin. C’est avec eux qu’il reprend la route, se prêtant encore une fois, avec joie, aux défis de la vie de tournée et du théâtre lui-même. « Au théâtre, il faut le refaire soir après soir. Souvent, le mardi, tu te dis “Ah mon dieu, je ne l’aurai plus jamais autant que ce soir !” mais il faut que tu recommences ! » lance-t-il dans un éclat de rire.

On voit bien là toute la passion qui anime ce grand acteur qui, après plus de 50 ans de carrière, prend visiblement encore plaisir à sortir de sa zone de confort.

Comédie dramatique. Texte : Florian Zeller. Mise en scène : Édith Patenaude. Adaptation : Emmanuel Reichenbach. Interprétation : Marc Messier, Catherine Trudeau, Adrien Bletton, Sofia Blondin, Fayolle Jean Jr et Noémie O’Farrell. Production : Encore Spectacle, en collaboration avec le TNM. Durée : 1 h 30, sans entracte.

Le père
28 septembre 2024 à 20 h
Salle Desjardins
Théâtre des Deux Rives

Photo Yves Renaud

INFORMATIONS ET BILLETTERIE

Adresse

30, boulevard du Séminaire N.,
Saint-Jean-sur-Richelieu, QC
J3B 5J4

Heures de la billetterie

Du lundi au samedi de 10 h à 18 h.

Veuillez prendre note de l’horaire d’été pour la billetterie :

25 juin au 25 août : Mardi au samedi de 13 h à 18 h

26 août au 14 septembre : Mardi au samedi de 12 h à 18 h


Travaillez avec nous