17/11/2021

Quoi de neuf?

Machine de Cirque : imaginer les coulisses du réel

Par Francis Hébert. La troupe Machine de Cirque s’amène en ville avec le spectacle La galerie qui s’amuse à faire voir aux spectateurs les coulisses imaginées d’une exposition. La compagnie a été fondée en 2013, et c’est en 2017 que le metteur en scène et co-auteur Olivier Lépine s’est joint à elle.

Oubliez les lions et les éléphants; l’art du cirque est ailleurs depuis longtemps. Au téléphone, Olivier Lépine précise : « Pour certaines personnes, ce que le Cirque du Soleil fait, c’est presque du cirque traditionnel par rapport au nouveau cirque contemporain. Il y a une évolution, quelque chose qui grandit. Ce qui caractérise le contemporain, c’est l’envie de raconter une histoire, de la rendre aussi importante que le niveau de prouesses acrobatiques. Moi, en tout cas, c’est ce que j’essaie de faire, mais si on demandait à quelqu’un d’autre, il aurait peut-être une autre définition du cirque contemporain. D’abord, je trouve une dramaturgie, et le cirque sert à la raconter. Il y a une envie de métissage, autant du théâtre que de la danse et des arts du cirque. » À cela, on pourrait ajouter la musique, la littérature…

Voir Machine de Cirque

Dans un autre spectacle, Machine de Cirque organise une visite guidée dans une église de Limoilou, comme autant de tableaux à présenter aux visiteurs. Pour la présente tournée, Lépine et ses amis inventent une fausse exposition, avec des tableaux imaginaires : « Ça se passe dans un musée. On suit un groupe, dont une femme, qui visite l’exposition. Plutôt que de voir les œuvres, ces gens ont l’envie de les ressentir. C’est la recherche des émotions créées par les toiles. Celles-ci sont imaginaires, on ne les voit jamais. Dans chacune des salles qu’ils parcourent, il y a des visées artistiques différentes qui combinent avec des disciplines de cirque. Puis on bascule de l’autre côté, dans l’imaginaire, qui pourrait être comme l’entrepôt du musée… »

Arrêtons là, laissons aux spectateurs la surprise de la suite. Notons que dans la troupe, on trouve également la musicienne Lyne Goulet au sax, trompette, etc. Toute cette bande de forains modernes présente ses créations un peu partout dans le monde, du Québec en France, en passant par la Norvège, la Suède.

« Leur premier spectacle, en 2013, s’appelait Machine de cirque et ils ont décidé de garder ce nom pour la compagnie. Ils étaient à l’origine cinq gars. Je les ai rejoints en 2017, et l’été suivant, on a fait une résidence de création en Suisse et on a joué des représentations là-bas sous chapiteau, dans les Alpes, dans un festival qui s’appelle Cirque au sommet. »

Aujourd’hui, la troupe a pris de l'ampleur, s’est diversifiée, et Lépine ne ressent plus la nécessité de l’accompagner partout sur les routes. Il faut dire qu’il s’est ancré à Québec, où il enseigne les arts du cirque dans une école spécialisée et réputée à travers le monde.

Le spectacle La galerie a été présenté dès juin 2018, et depuis, il se promène, virevolte et cherche à émouvoir un public le plus large possible. Ouvrir les horizons. Voir l’envers des arts.

Crédit photo Loup-Wiliam Théberge

Machine de Cirque
21 janvier 2022 à 20 h
Pôle culturel de Chambly
Places réservées

Cette entrevue a initialement été publiée dans l'édition de décembre 2021 du magazine l'Entracte de la SPEC du Haut-Richelieu. Pour consulter l'intégral, cliquez ici

INFORMATIONS ET BILLETTERIE

Adresse

30, boulevard du Séminaire N.,
Saint-Jean-sur-Richelieu, QC
J3B 5J4

Heures de la billetterie

Du lundi au samedi de 10 h à 18 h.

Veuillez prendre note de l’horaire d’été pour la billetterie :

25 juin au 25 août : Mardi au samedi de 13 h à 18 h

26 août au 14 septembre : Mardi au samedi de 12 h à 18 h


Travaillez avec nous