17/11/2021

Quoi de neuf?

Jocelyn Sioui : raconter l’histoire oubliée

Par Marie-Pier Gagnon. Il y a tant à apprendre sur l’histoire des Premières Nations. Tant d’histoires oubliées. Homme de théâtre et marionnettiste reconnu, Jocelyn Sioui a décidé de faire découvrir celle de son oncle, Jules Sioui. Un ardent défenseur des droits des Premières Nations que l’Histoire a mises de côté et qui revit ici dans Mononk Jules.

Originaire de la réserve huronne-wendat de Wendake, Jocelyn Sioui ne connaissait que quelques bribes du parcours de son oncle lorsqu’il s’est lancé dans un important projet de recherche en 2017. Il souhaitait découvrir l’homme derrière le personnage, mais aussi les faits d’armes mis de côté par les livres d’histoire.

Voir Jocelyn Sioui

Il donne l’exemple du rôle qu’a joué Jules Sioui dans la création du Gouvernement de la nation indienne d’Amérique du Nord en 1944. Il réclamait alors l’indépendance des Premières Nations et dénonçait ouvertement la Loi sur les Indiens plusieurs décennies avant que celle-ci ne vienne alimenter les fils d’actualité canadiens.

Un homme qui se défendait
« C’était un marchand avant de s’intéresser à la politique. Il a vécu à New York où il a appris l’anglais et le sens du mot liberté. C’était un homme qui s’intéressait aux lois, qui se défendait souvent lui-même et qui gagnait ses procès », décrit son neveu qui précise du même souffle que le processus de recherche a été complexe. « Avec le bouche-à-oreille, je ne récoltais pas assez d’information sur son combat. » Qui plus est, plusieurs documents ont été détruits au fil du temps. D’autres ont disparu ou ont été saisis par les autorités. Heureusement, l’auteur est tombé sur une caisse remplie de papiers ayant appartenu à son oncle. Le portrait s’est précisé et l’histoire de Mononk Jules est née.

L’envers du héros
Cela dit, l’homme n’était pas sans défaut. On le décrivait comme un activiste. On lui reprochait de faire de la désobéissance civile. La pièce se termine d’ailleurs avec un revirement de situation qui choque, surprend et surtout pousse les spectateurs plus loin dans leur réflexion. « Ça amène à réfléchir sur les héros de l'Histoire, leurs aspects cachés. Est-ce que ça efface tout leur travail ? », questionne Jules Sioui. Ce dernier aurait pu prendre la décision de faire fi d’une partie de ses découvertes pour installer confortablement son oncle sur un piédestal, mais cela aurait été à l’encontre de l’essence même de sa démarche : lever le voile sur les zones d’ombre.

Du livre à la scène
Après avoir rédigé un livre sur son oncle, Jocelyn Sioui a accepté de transposer sa recherche sur scène. On parle ici d’une formule à l’image du théâtre documentaire, marquée par des faits tout en étant par moments très près du conte. Le marionnettiste n’est jamais bien loin alors que la vision proposée se veut intime, accompagnée d’une musique omniprésente.

Il faut savoir que Jocelyn Sioui aime déstabiliser son public, sortir du cadre habituel. « Je n’aime pas les lignes droites. J’aime les courbes, les spirales. J’aime ça être là où on ne m’attend pas », image-t-il. Son parcours des vingt dernières années en témoigne bien alors qu’il s’est amusé à plonger et créer des univers fantaisistes empreints d’humour. Il a imaginé des histoires de Samouraï, de pirates. Il a même analysé le parcours de Monsieur Patate dans une production ayant pour thème la gloire, du succès à la chute. Métaphore intéressante ! Bref, un créateur qui n’est jamais à bout d’idées pour rejoindre son public, qu’importe l’âge des gens dans la salle.

Une belle ouverture du public
Fait à noter, c’est la première fois que l’artiste s’arrêtera dans la région et il s’en réjouit. Plus que jamais, il constate une ouverture du public envers les Premières Nations. Au moment de réaliser l’entrevue, sa pièce Mononk Jules a déjà été présentée dans plusieurs provinces du Canada où elle a reçu un accueil très chaleureux. « Le grand public réagit avec beaucoup de passion. Les gens posent beaucoup de questions à la fin », se réjouit l’auteur qui, malgré ses propres origines, confie avoir beaucoup à apprendre sur le parcours des peuples autochtones.

Tous les jours, il en apprend un peu plus sur le sujet, et tant mieux, dit-il, si le public accepte de le suivre dans sa belle passion.
jocelynsioui.ca


Jocelyn Sioui
25 février 2022 à 20 h
Pôle culturel de Chambly
Aussi disponible en webdiffusion sur SPEC.TV

INFORMATIONS ET BILLETTERIE

Adresse

30, boulevard du Séminaire N.,
Saint-Jean-sur-Richelieu, QC
J3B 5J4

Heures de la billetterie

Du lundi au samedi de 10 h à 18 h.

Veuillez prendre note de l’horaire d’été pour la billetterie :

25 juin au 25 août : Mardi au samedi de 13 h à 18 h

26 août au 14 septembre : Mardi au samedi de 12 h à 18 h


Travaillez avec nous