Rendre hommage Pauline Julien et Gérald Godin

Par Sara Thibault

La vie du couple Godin-Julien a suscité un énorme engouement au cours de la dernière année grâce à des œuvres comme La Renarde, ColoniséEs, Je ne te savais pas poète, ou T’en souviens-tu Pauline ?  Benoît Vermeulen explique le défi que constitue le fait de mettre en scène ce couple emblématique du Québec dans la pièce Je cherche une maison qui vous ressemble, qui sera présentée en octobre au Théâtre des Deux Rives.

Benoît Vermeulen possède un lien particulier avec la musique de Pauline Julien qui l’a accompagné tout au long de son adolescence. Il rappelle qu’en plus de faire entendre les mots de poètes d’ici, parmi lesquels Raymond Lévesque et Gilles Vigneault, c’est elle qui a fait connaitre Bertolt Brecht au public québécois. Elle a aussi été la première chanteuse au Québec à consacrer un album complet à Boris Vian. Même si Benoît Vermeulen n’était pas en âge de voter lors du premier référendum, il a aussi suivi l’engagement de Pauline Julien pour la cause souverainiste. C’est toutefois à Catherine Allard que l’on doit l’idée du spectacle : « Pauline Julien est une muse pour Catherine. Elle est étroitement liée à son histoire familiale. C’est en allant voir un concert de Pauline à Saint-Boniface, au Manitoba, que son père a décidé de venir s’installer au Québec. Il a été séduit par la montée du féminisme et par l’effervescence qu’il sentait dans la culture québécoise. Puis, arrivé au Québec, il a épousé une anglophone. Ce détail biographique de Catherine a été le point de départ d’une réflexion sur l’identité québécoise, qui constitue le fil conducteur de la pièce. »

Voir la pièce de théâtre

La mise en scène de Je cherche une maison qui vous ressemble rassemble des chansons, de la poésie, de la musique, des images, des extraits de la correspondance du couple et des vidéos d’archives. Cela permet de constater notamment que Pauline Julien était quelqu’un de très énergique et d’assez extrême. Sa relation avec Godin était un mélange de liberté, de sexe et d’amour violent. Toutefois, l’auteure Marie-Christine Lê-Huu a écrit un texte tout en dentelle où la vie amoureuse de Godin et Julien se mélange à la grande histoire de la province : « Il y a des extraits de La renarde et le mal peigné, mais en même temps, on parle de tout le mouvement souverainiste, de la Crise d’octobre, du fait qu’ils ont été enfermés pour leurs idées. » En effet, la pièce met bien en évidence leur amour indéfectible et contagieux pour le Québec, tout en conservant une grande délicatesse dans la manière d’aborder la politique : « Pauline Julien et Gérald Godin étaient des porteurs d’une parole indépendante très inclusive. »

Benoît Vermeulen ne souhaitait pas une représentation mimétique du couple sur scène : « Il fallait toujours rester dans quelque chose d’assez retenu et délicat, même dans le choix des costumes. On suggère l’époque par les robes et par certains détails. Par exemple, on a choisi de mettre à Catherine des verres de contact foncés. Les gens ne connaissent pas tous Pauline par ses yeux, mais c’est le genre de détails qui est ressorti de notre travail de recherche. On a beaucoup travaillé le pouvoir de l’évocation. » Lorsque le spectacle a commencé à tourner au Québec, Benoît Vermeulen a d’ailleurs remarqué que le fait d’avoir gardé une certaine distance dans la mise en scène permet à chacun des spectateurs de se faire sa propre histoire et d’avoir son propre rapport aux monstres sacrés que sont Julien et Godin.

Alors que les questions politiques sont rarement abordées de front sur les scènes québécoises, Je cherche une maison qui vous ressemble ose poser un regard à la fois tendre et critique sur l’histoire du Québec.

www.spec.qc.ca/spectacle/je-cherche-une-maison-qui-vous-ressemble
Photo Marie-Andrée Lemire

Je cherche une maison qui vous ressemble
26 octobre 2019 à 20 h
Salle Desjardins
Théâtre des Deux Rives

Cet article a été publié dans l’édition de septembre 2019 du magazine l’Entracte! que vous pouvez consulter dans son intégralité ici.

Lire le magazine l’Entracte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *