Le photographe Jean Martin présente New England Ghost Story

Le photographe Jean Martin a accepté de s’entretenir avec la SPEC pour discuter de sa série de photos New England Ghost Story, qui sera présentée dans le foyer du Théâtre des Deux Rives à l’hiver 2017. Le vernissage de l'exposition se déroulera le 13 janvier à 17 h en présence de l'artiste.

La thématique de la mémoire est au cœur du travail photographique de Jean Martin, notamment par le biais de ce qu’il appelle son « thanatoscope », un système d’éclairage très clinique qui lui permet « d’embaumer photographiquement des gens de son entourage ». Toutefois, dans l’exposition New England Ghost Story, la présence humaine est atténuée pour faire place à la force et à l’immensité de la nature.

Depuis six ans, Jean Martin passe ses étés dans la région de Gloucester au Massachusetts pour s’évader et prendre des vacances. Il y a découvert une communauté fascinante bien loin des clichés associés à la culture américaine : « On parle d’une culture hyper profonde qui a 400 ou 500 ans. On retrouve à Gloucester le premier port de pêche organisé en Amérique du Nord. Ce qui est curieux, c’est qu’il y a une vibe dans cet endroit-là. Les gens se souviennent des quantités de vies perdues à la mer. » C’est le rapport particulier que les gens de ce village entretiennent avec la mort qui a rejoint les préoccupations artistiques de Jean Martin : « En Amérique du Nord, on a un rapport un peu tordu avec la mort, alors que pour eux, ce moment est serein et solennel. C’est ça que j’essaie encore aujourd’hui de comprendre et de rendre compte dans mes photos, comment une communauté décide d’entretenir sa mémoire et son patrimoine. »

Pour sa série New England Ghost Story, Jean Martin a profité du brouillard naturel des paysages côtiers pour créer des atmosphères étranges. Les titres de ses photos évoquent tout un imaginaire visuel et cinématographique qui fait échos au caractère spectral des images. Cette série constitue l’aboutissement d’une dizaine d’années de recherche quasi archéologique que le photographe a passé à fouiller différents lieux. Plusieurs n’ont pas été préservés parce que la communauté ne les jugeait pas intéressants sur le plan touristique : « Je fais référence dans le projet à un lieu qui s’appelle Dogtown où j’ai été obligé de marcher dans les broussailles pour trouver les vestiges de ce village-là. »

La photo The Fisherman's Widow at Eastern Point a été l’élément déclencheur du projet. On y voit un personnage marcher sur un quai de roches avec un phare en arrière-plan. La photo a été prise très tôt le matin, loin de la partie « station balnéaire » de Gloucester. Puisque les quelques personnages qui apparaissent dans la série New England Ghost Story sont en mouvement, donc flous, l’attention du spectateur est détournée sur l’étrangeté du lieu photographié et sur l’ambiance qui en découle.

La passion pour la photographie de Jean Martin le pousse aussi à enseigner au Collège Marsan à Montréal, ce qui lui permet d’être en contact avec des jeunes créatifs qui l’inspirent et lui permettent de se dépasser constamment. L’exposition New England Ghost Story permettra donc public du Théâtre des Deux Rives de découvrir une démarche d’artiste très réfléchie et bien articulée.  

L’exposition est accessible au public lors des représentations de spectacles données Théâtre des Deux Rives, du 13 janvier au 23 février 2017. 

http://www.reservoirt.com/jeanmartin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *