Votre magazine l'Entracte de mai est arrivé!

Ce mois-ci, on vous dévoile la nouvelle Salle de spectacle du Pôle du savoir, de l’histoire et de la culture de Chambly dans laquelle la SPEC du Haut-Richelieu diffusera une quarantaine de spectacles professionnels par année! On plonge dans les souvenirs de Michel Rivard qui présente son spectacle L’origine de mes espèces et on s’entretient avec Éric-Emmanuel Schmitt.

Saisissez votre copie de l’Entracte dans votre boite aux lettres ou ici via la version électronique. Vous y trouverez de nouvelles mises en vente de Sam Breton, Plume Latraverse, Maxim Martin, Patrick Groulx, Déplaire de Laurent Paquin, Simon Leblanc et la comédie à sketchs On va tous mourir de Laurent Paquin et Simon Boudreault. La programmation de Chambly y est aussi dévoilée.

À lire 

• L’éditorial Sous le masque de Guy Boulanger fait le survol du mandat de diffusion des spectacles professionnels octroyé par la Ville de Chambly à la SPEC du Haut-Richelieu et les beaux défis que le diffuseur aura à relever.

• On dresse le portrait de Geneviève Leclerc à la voix puissante et magnifique qui viendra présenter Celle que je suis le 31 mai au Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean.

Michel Rivard revient sur les planches avec son spectacle alliant le théâtre et la chanson L’origine de mes espèces.

• L’auteur français chouchou des Québécois, Éric-Emmanuel Schmitt s’entretient sur son retour au Théâtre des Deux Rives en compagnie de Marie-Josée Lord pour présenter Le mystère Carmen qui raconte l’histoire de Georges Bizet.

P-A Méthot discute de son one-man-show Faire le beau qu’il présentera deux soirs en juillet au Théâtre des Deux Rives et qui traite de notre obsession à l’image.

Philippe Bond jase de sa troisième tournée en carrière avec son nouveau spectacle Merci dans lequel il puise dans sa vie personnelle bien mouvementée avec l’arrivée de son premier enfant.

Philippe Laprise détaille avec une belle autodérision sa propension à vouloir s’occuper de toujours tout… sans toujours y arriver et de son nouveau spectacle qui s’inspire de ce défaut-qualité.

• Cinéma : on plonge dans le tournage de Mad Dog Labine réalisé dans un petit village de Pontiac et qui dresse le portrait de ses habitants bien attachants.

 

Pour lire la version électronique, cliquez ici ou sur l'image. Bonne lecture !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

09/25/2019

« Bonjour. À quel endroit je peux me procurer L’Entracte à part le Cegep. Merci »

Louise Jourdenais