Tire le coyote : changer d'air

Par Francis Hébert. Depuis la pandémie, la vie de Tire le coyote a changé, tant au niveau artistique que personnel. Il en récolte les fruits avec Au premier tour de l’évidence, son nouvel album qui détonne et étonne, dans lequel il s’aventure entre pop, rock et folk. C’est ce disque qui est le centre de sa tournée actuelle, dans laquelle ils seront six musiciens sur scène.

En 2017, Tire le coyote sortait le cd Désherbage, qui a enchanté critique et public. L’auteur-compositeur-interprète originaire de Sherbrooke y prenait déjà un virage plus rock qui pouvait surprendre. Mais ce printemps, avec Au premier tour de l’évidence, il pousse l’expérimentation plus loin, et il faut se laisser du temps pour l’apprivoiser : « Quand j’ai débuté mon projet Tire le coyote,  j’avais envie d’explorer les racines folks, mais sans que ce soit du bluegrass pour autant : une volonté d’un folk un peu plus croche, enregistré live. Avec le temps, j’ai envie d’explorer d’autres choses, de jouer avec plus de monde. Je continue à respecter le folk, qui a toujours été mon fil conducteur, mais en habillant les chansons de nouvelles manières. »

Est-ce que ces changements correspondent à une évolution de ses propres goûts musicaux ? « Non, en fait, j’ai toujours écouté beaucoup de musique. Pour le dernier album, je me suis mis dans Big Thief ou Fleet Foxes – un groupe avec une belle énergie folk, mais en même temps avec des orchestrations bien travaillées, une production où tout est pensé. Et c’est peut-être ce que je visais cette fois-ci : mieux travailler les subtilités, chaque son dans le mix, les arrangements vocaux… Il y avait aussi les derniers albums de Nick Cave, avec beaucoup de couches sonores, de synthétiseurs… »

Voir Tire le coyote

Un homme qui a été important sur l’opus Au premier tour de l’évidence, c’est Jeannot Bournival, pianiste, compositeur que le grand public associe volontiers à Fred Pellerin, son collaborateur de longue date. Au cœur de cette amitié et de cette nouvelle collaboration artistique, il y a Saint-Élie-de-Caxton. Depuis la pandémie, Tire le Coyote s’est installé dans ce village, tout en gardant un pied-à-terre à Québec. Tire le Coyote et Bournival ont publié en 2021 le mini album Le temps des autres, sur lequel ils reprennent des chansons québécoises (Clémence, Claude Léveillée, Richard Desjardins, Jim et Bertrand, Francine Raymond, Avec pas d’casque).

Cette fois-ci, c’est tout un disque de matériel original qu’ils ont conçu ensemble : « Sur Le temps des autres, j’aimais bien son jeu de piano un peu décalé, confie le chanteur en rigolant. C’était un peu comme un test pour savoir si on travaillait bien ensemble. Tout de suite après, je lui ai proposé de faire l’album avec moi, je me suis mis à composer en sachant qu’il allait être enregistré à Saint-Élie. Jeannot, il a tout un bagage exploratoire. J’ai souvent travaillé avec des gens qui sont très talentueux, mais qui sont plus comme moi dans la spontanéité, et on ne faisait pas beaucoup de prises. Alors que Jeannot, il est très minutieux en studio. Il est capable de créer des ambiances, des subtilités… »

Pour transposer ce riche travail musical sur scène, Tire le Coyote est cette fois épaulé par sa blonde, la journaliste et animatrice Émilie Perreault : « Pour le nouveau spectacle, on a travaillé un jeu de lumière. C’est Émilie qui a fait la mise en scène. Il y a encore de la place pour la spontanéité, mais je voulais quelque chose de plus… professionnel. Elle m’a aussi beaucoup aidé dans le choix des chansons, où les placer dans le show pour donner un élan. Avant je faisais ce choix tout seul, et il y a des choses que je ne voyais pas. Avec les musiciens, on voulait recréer sur scène la bulle artistique que l’on s’était faite en studio. »

Crédit Photo : Emilie Dumais

Tire le coyote
11 novembre 2022 à 20 h
Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean
Places réservées

Cette entrevue a initialement été publiée dans l'édition d'octobre 2022 du magazine l'Entracte de la SPEC du Haut-Richelieu. Pour consulter l'édition en cours, cliquez ici.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *