Philippe Laprise reçoit ses joyeux lurons

Par Yves Mallette. Philippe Laprise n’en pouvait plus d’être absent de la scène. L’humoriste a donc eu l’idée d’une offre intermédiaire en attendant de présenter son nouveau spectacle. Cette formule lui permet plus d’élasticité en fonction des restrictions en vigueur tout en lui donnant la possibilité de roder son quatrième solo. Ainsi, grâce à la complicité de deux amis humoristes, il peut présenter un spectacle complet de 90 minutes bien tassées.

« Au départ, je devais commencer le rodage de mon quatrième spectacle en septembre. Tout a été remis en question pour les raisons que l’on sait. Mais il me fallait à tout prix retourner sur les planches. La télé et la radio c’est bien beau, mais je suis en manque de contact avec les gens. De plus, c’est sur scène que je suis vraiment moi-même. C’est ce que je préfère », révèle un Philippe Laprise qui ne pouvait plus attendre.

Voir la webdiffusion Philippe Laprise et ses joyeux lurons

Cet état d’âme a donc inspiré le joufflu personnage à mettre sur pied le spectacle Philippe et ses joyeux lurons au cours duquel M. Laprise est accompagné de son ami Pierre-Luc Pomerleau et d’un troisième comique qui change chaque soir. « Moi-même, je ne sais pas encore qui nous accompagnera à Saint-Jean, mais ce sera certes quelqu’un de connu que les gens aiment bien », promet-il. Les trois bons vivants se partageront la scène en livrant du matériel inédit, tient à préciser celui qui se spécialise dans l’humour du quotidien, un humour plus social que politique.

Philippe et ses joyeux lurons est donc une plateforme qui permet à l’humoriste de garder la main et de revoir son public, mais c’est aussi un laboratoire qui l’aide à construire son futur spectacle qui devrait s’intituler Philippe respire la face dans le vent… ou quelque chose du genre. Rien n’est encore tout à fait établi, mais l’humoriste pense avoir trouvé la ligne directrice de son 4e spectacle : l’importance de prendre du temps pour soi, peu importe ce qui arrive. « Dès que tu as trouvé la ligne, tu peux naviguer dessus et tout va bien. Je vais aborder différents thèmes, mais je ne devrais pas trop m’attarder sur la COVID. Les gens en entendent déjà assez parler comme ça. Maintenant, je crois qu’ils ont juste envie de s’amuser. »

Reproduire le naturel
Pour lui, le confinement a eu un bon côté. Il a eu du temps pour approfondir ce qu’il voulait faire et travailler à fond avec les quatre auteurs qui collaborent habituellement avec lui. Notons que ce quatrième solo de Philippe Laprise ne décontenancera pas ses admirateurs. Toutes les anecdotes qu’il raconte partent d’aventures qui lui sont arrivées. En chemin toutefois, il en rajoute un peu, ce qui fait que les gens ont de la difficulté à distinguer le vrai du faux. Il affirme être toujours aussi drôle avec son ton plus bon enfant que vulgaire ou réellement grivois, mais il laisse entendre qu’il peut être touchant aussi. Il déclare d’ailleurs qu’il aime naviguer dans toutes les sortes de rires… dont le rire jaune.

« Je me définis davantage comme un conteur que comme un humoriste de stand-up. Ce que je trouve particulier de mon écriture, c’est que je peux reproduire le naturel d’une conversation. Je préfère qu’il y ait une histoire de fond plus qu’une mitraille de gags. Par ailleurs, je ne veux pas que les spectateurs sentent la mécanique dans mon affaire. En fait, je veux donner aux gens l’impression que je suis assis dans leur salon et que je leur fais la jasette. »

À un point tel que les spectateurs ont souvent l’impression que Philippe Laprise improvise. Il ne s’agit pas ici de briser la magie, mais quand on pense que le comique sort de son texte, c’est loin d’être le cas. Du moins, la plupart du temps.


Philippe et ses joyeux lurons
Webdiffusion en direct : 13 février 2021 à 20 h
Disponible en rediffusion jusqu'au 20 février 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *