Mélissa Gélinas : des clés pour s’ouvrir aux arts autochtones

Par Renée-Johanne Campeau. Dynamique, curieuse et stimulante, Mélissa Gélinas est emballée par ce Grand Rendez-vous portant sur les arts autochtones qu’elle animera en compagnie de l’artiste Jocelyn Sioui. « C’est rare une conférence en tandem autochtone/allochtone, et en plus avec prestation. Ça promet d’être riche ! »

Sa voix s’anime lorsqu’elle parle des arts contemporains autochtones. Mais d’où lui vient cette passion ?

« C’est d’abord comme être humain que je me suis intéressée aux arts autochtones. Lorsque je suis revenue au Québec après mon doctorat en littératures comparées au Michigan, j’ai été frappé par l’écart entre l’actualité autochtone et ma connaissance de celle-ci. En fait, j’ai réalisé ma méconnaissance des Premiers Peuples, et j’ai voulu en apprendre plus, pour mieux comprendre. J’ai donc pris un cours d’été sur la littérature et le cinéma autochtones et ç’a été un véritable coup de cœur. » Tellement qu’elle a décidé d’orienter son post-doctorat en ce sens, peaufinant ses connaissances et s’intéressant à toutes les disciplines des arts contemporains autochtones. Deux ans plus tard, la passion s’était totalement installée.

Cet engouement, elle le communique autour d’elle, surtout auprès de ses étudiants et étudiantes. Professeure de français au Collège Dawson, elle intègre les arts autochtones dans ses cursus. « Les jeunes sont conscients des lacunes de notre éducation face aux Premiers Peuples. Nombre d’entre eux souhaitent mieux connaitre l’histoire et les réalités autochtones, et ils ont besoin d’outils pour cela. » Ce qui facilite la tâche de Mélissa Gélinas, c’est qu’elle peut s’appuyer sur de nombreuses créations artistiques, ainsi que sur des balados. « Ainsi, ce sont les créateurs autochtones qui ouvrent les portes, moi, je donne des clés de compréhension par des discussions en classe et des travaux. » Elle a, par exemple, intégré à un cours la webdiffusion du spectacle Mononk Jules de Jocelyn Sioui, offerte l’an dernier par la SPEC.

Voir La richesse des arts autochtones

Jocelyn Sioui sera d’ailleurs de la partie lors de cette conférence. « C’est très emballant comme formule d’élaborer ce rendez-vous avec monsieur Sioui. » Autour de ses créations et de ses sources d’inspiration, et aussi d’autres œuvres récentes, le public pourra plus facilement se familiariser avec des caractéristiques importantes des arts autochtones. « Nous donnerons des exemples concrets de ces caractéristiques. Par exemple, la multidisciplinarité des œuvres, la place de la réécriture et de la réappropriation de l’histoire. Il y a actuellement une mise en lumière de pans entiers de leur histoire qui a complètement été ignorée depuis des décennies. » Or, cela fait aussi partie de notre propre histoire.

La place des ainés et celle du territoire sont également des caractéristiques qui seront abordées lors de cette rencontre. « Le territoire, c’est l’ancrage des Premiers Peuples. C’est à partir de lui que chaque peuple a défini son langage, sa vision du monde et son identité propre. Il y a une part d’intangible dans cette notion. » Déjà, on comprend mieux pourquoi on parle du territoire comme de l’âme du peuple. Et pourquoi l’appropriation des territoires par les gouvernements et les industries ont été dévastatrices. « Ces peuples sont passés d’aidants – soutenant les premiers colons à s’adapter au nouveau continent – à nuisance pour le développement économique. » Une réalité fort bien dépeinte dans le livre Kukum de Michel Jean.

Ce rendez-vous est donc une invitation à une initiation, ou un approfondissement, aux arts autochtones, à leur richesse, et à leur apport à une vision plus nuancée de l’histoire et de l’actualité. « En s’outillant, en se donnant la possibilité de mieux comprendre, cela nous amène à modifier notre regard et à vouloir faire les choses autrement. J’espère que beaucoup de gens profiteront de cette rare occasion. »


La richesse des arts autochtones
19 février 2023 à 14 h
Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean
Admission générale

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *