Mélanie Maynard adepte de l’écriture à quatre mains

Par Sara Thibault
La pièce Docile sera bientôt à l’affiche au Théâtre des deux Rives. La co-auteure du spectacle, Mélanie Maynard, a accepté de s’entretenir avec l’Entracte à propos de cette comédie dramatique qui plonge le public en plein cœur des États-Unis des années 1960.

Jonathan Racine et Mélanie Maynard ont écrit Docile durant la période post #MeToo, alors que beaucoup de choses se passaient par rapport au féminisme et aux relations de pouvoir : « Dans la pièce, on retrouve un personnage charismatique du magnat new-yorkais qui exerce un pouvoir énorme sur les gens qui l’entourent. On avait envie de ramener cette thématique-là dans un temps où c’était presque normal que les femmes se fassent exploiter. » Pour le public d’aujourd’hui, le personnage d’Ann semble être une anti-héroïne, mais il faut se rappeler que les fausses promesses, les stéréotypes sexuels et les jeux de pouvoir de la pièce étaient monnaie courante il y a cinquante ans à peine.

Voir Docile
Cette année, Mélanie a écrit pour la première fois pour le Petit Théâtre du Nord, et elle a eu la surprise de découvrir la mise en scène en même temps que le public : « Ça fait un plus grand choc parce que le metteur en scène ne fera pas nécessairement ce à quoi tu pensais au moment de l’écriture. Avec Jonathan, j’étais habituée à suivre les projets de A à Z, ce qui collait bien à ma nature un peu contrôlante. Il apportait des photos et des musiques pour m’inspirer, donc je savais vraiment dans quelle direction il voulait aller. »

En effet, Mélanie et Jonathan ont écrit plusieurs pièces ensemble, notamment Sortie de secours, qui a connu un énorme succès en 2014. Étant donné qu’ils se connaissent depuis longtemps, ils se sont vite rendu compte que Jonathan excellait au niveau de la mise en scène alors que Mélanie était la fille de répliques et de mots : « On a un peu la même vision de ce que l’on aime, et du genre de films et de pièces de théâtre qu’on consomme. Ça amène une grande richesse, parce que l’on n’a pas besoin de se questionner longtemps. On a les mêmes goûts et les mêmes envies. Jonathan travaille un peu comme un réalisateur, ce qui fait que nos pièces se transformeraient facilement au grand écran. Je pense aussi que l’on s’est beaucoup retrouvé dans nos souffrances. Notre sens de l’humour définit notre style, mais c’est sûr qu’à un moment, le public va rire jaune. »

Lorsqu’elle réfléchit aux écrivains qui l’inspirent, Mélanie pense immédiatement à Serge Boucher, à qui l’on doit la pièce Motel Hélène : « J’aime quand les personnages sont plus grands que nature, tellement grands qu’ils deviennent tristement réalistes. Je trouve que c’est très présent dans son écriture. Ses pièces peuvent être drôles, mais elles ne laissent jamais le spectateur en plan face à son émotion. Le public n’a pas le choix de ressentir quelque chose quand il lit ou quand il voit son travail. »

Non seulement la trame narrative de Docile promet de tenir le spectateur en haleine tout au long de la représentation, la scénographie, entièrement en noir et blanc, rappelle les films noirs et les suspenses hitchcockiens et ajoute une profondeur esthétique très originale.

Texte : Mélanie Maynard et Jonathan Racine. Mise en scène : Jonathan Racine. Interprétation : Luc Bourgeois, Louise Cardinal, Jean-François Casabonne, Sébastien Gauthier, Monique Miller et Mélanie St-Laurent. Production : Le Petit Théâtre du Nord. Comédie dramatique. Durée : 2 h, avec entracte.
Photo : F Larivière

Cette entrevue est tirée de l'édition de décembre du magazine l'Entracte! Pour d'autres entretiens avec les artistes, cliquez ici.

Docile
21 décembre 2019 à 20 h
Salle Desjardins
Théâtre des Deux Rives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *