Lindsay – De Larochellière : un tandem amoureux pour la Saint-Valentin

Par Myreille B.
L'alizé en provenance de cette mer d’un bleu céruléen m'a enveloppée à l'écoute du tout nouvel opus d’Andrea Lindsay et Luc De Larochellière. Le hasard fait bien les choses, une barque attendait au quai, prête à me conduire dans ces vagues de poésie, d’harmonies et de notes enchantées. Après un premier disque en tandem en 2013, C'est d'l'amour ou c'est comme, le couple mythique récidive et se commet une seconde fois, à notre grand bonheur, avec S'il n'y avait que nous lancé cet automne.

Le duo amoureux vit aujourd'hui sous le même toit et comme le dira Andrea : « À deux, c'est mieux. Tout est plus facile. » Les tourtereaux n’ont pas du tout chômé pendant les six années écoulées entre ces deux réalisations. Chacun ayant parallèlement produit un album solo. Luc De Larochellière nous offrait dans un écrin finement ciselé l’album Autre monde, et Andrea Lindsay nous faisait swigner sur ses chansons coup de cœur Entre le jazz et la java. Mais l'amour donnant des ailes, les inséparables ont trouvé le temps à travers leur tournée respective de donner naissance à un petit bout de chou, prénommé Louis, aujourd'hui âgé de trois ans. Mais comment ont-ils pu réussir l'exploit d'écrire et de composer un album entre une poussée dentaire et les premiers pas de bébéchou ? Ils éclatent de rire et confient : « Une chance que nous avions accès à une garderie ! Cela nous a permis d'écrire et de composer tous les après-midis. »

Voir Lindsay - De Larochellière
Trois chansons étaient déjà écrites au moment où ils se sont mis à plancher sur leur deuxième album en duo. Luc explique cette période de création. « Nous avions Submarine Boy, une berceuse composée alors qu'Andrea était enceinte, puis j'avais écrit la chanson-titre S'il n'y avait que nous pour mon album solo, mais qui ne pouvait tout à fait s'insérer dans le contexte d’Autre monde. Alors, on l'a gardé pour nous. » Andrea avait aussi composé Un cœur brisé est une avenue. L'album s'est rapidement écrit car l’inspiration venait naturellement dans ce nid, où la joie toute simple du bonheur à deux et l'humour faisaient partie du quotidien. Un chassé-croisé qui a été très bénéfique.

La rencontre de ces deux univers est assez particulière puisqu'Andrea est anglophone. Originaire de l’Ontario, c'est à l'âge de dix-huit ans qu'elle est tombée dans une marmite remplie de jolis mots français. Elle en est ressortie complètement subjuguée par la chanson francophone. Il faut saluer ici le courage de cette femme qui a ramé à contre-courant des jeunes interprètes actuels en chantant dans la langue de Molière plutôt que dans celle de Shakespeare. Il résulte de cette prouesse une voix très mélodieuse où une petite brise accentuée danse sur ses lèvres. De cette heureuse symbiose artistique avec Luc De Larochellière découle de magnifiques chansons qui nous amènent dans un nouveau sentier à la fois folk, mais aussi pop-rock, plus énergique. Andrea précise : « C'est comme une troisième entité à nous, un lieu où l'on peut se permettre un style différent de nos univers personnels. » Luc ajoute : « Ensemble, on se laisse davantage aller à explorer d'autres styles musicaux et les textes sont plus légers, on se permet une certaine liberté entre nous. » Est-ce qu'il vous arrive de temps en temps de ne pas être d'accord sur une musique ou des paroles ? « Non, non, jamais, bien sûr ! » et ils éclatent en chœur d'un grand fou rire.

Le bonheur pour la Saint-Valentin
L'humour, la complicité, l'amour et le bonheur tout simple d'être deux seront au rendez-vous en cette journée de la Saint-Valentin. Un spectacle plein d’entrain assuré par un trio de musiciens multi-instrumentistes qui sont de vieux complices de tournée de Luc. L'album a d'ailleurs été réalisé et produit avec la collaboration de son ami de longue date : « Marc Pérusse fait partie de la famille, il est à mes côtés depuis mes tout débuts, ça fait déjà trente ans ! »

Un tête-à-tête amoureux dans lequel nous sommes inclus, bercé par des musiciens de talent… un moment tendre et créatif à partager le 14 février !

Photo : Marc-Étienne Mongrain

Cette entrevue a initialement été publiée dans l’édition de janvier 2020 du magazine l’Entracte.

Lindsay – De Larochellière
14 février 2020 à 20 h
Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean
Places réservées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *