Les Violons du Roy : Mozart en partage

Par Francis Hébert
Les Violons du Roy présentent Mozart en Scandinavie, un spectacle où le compositeur du 18e siècle est à l’honneur, bien entouré de sa famille musicale. Pour en parler, on a téléphoné à Mélanie Léonard, cheffe d’orchestre invitée.

Fondé en 1984 à Québec, Les Violons du Roy est un orchestre de chambre qui chérit l’époque baroque. Son chef, Jonathan Cohen, laisse momentanément la baguette pour la confier à Mélanie Léonard, une maestro montérégienne dont la carrière s’établit sur une décennie. Elle a œuvré dans diverses villes canadiennes et québécoises, en plus d’épauler Charles Richard-Hamelin, et même le vénérable jazzman Herbie Hancock.

« Les Violons du Roy m’ont contactée pour m’offrir de travailler avec eux. Ensemble, on a établi un programme. Souvent, dans ces cas-là, il y a une grande part de liberté et de confiance qui sont accordées au chef invité, mais c’est un travail d’équipe, il faut tenir compte de ce que l’orchestre présente aussi dans le reste de sa saison. Ce que je dirige, il faut que ça s’insère bien dans leur vision artistique. C’est un honneur de travailler avec eux. C’est notre première collaboration. C’est toujours spécial de diriger au Québec, avec des musiciens que j’ai entendus en concert. À la base, chaque chef a sa propre personnalité, c’est important d’être intègre. Dans ma philosophie de musicienne, ça prend de la sincérité et de l’ouverture. Ensuite, c’est sûr que j’ai ma conception de l’œuvre que je vais partager avec eux. C’est du donnant-donnant. Ils ont leur chimie, leur façon de jouer. Il faut demeurer à l’écoute, tant sur le plan artistique qu’humain. »

Voir Les Violons du Roy
En guise de parenthèses, on se souviendra que Les Violons du Roy avaient déjà accompagné la chanteuse Diane Dufresne en 2013 ! Cette fois-ci, à Saint-Jean-sur-Richelieu, on voyagera plutôt quelques siècles en arrière : « Pour ce concert, on a voulu inviter le public à découvrir la relation entre la musique de Mozart et certains compositeurs nordiques. Il y aura entre autres la Petite suite pour orchestre à cordes de Nielsen, la Canzonetta de Sibelius et la Suite Holberg de Grieg : trois compositeurs nordiques. » À propos du Danois Nielsen, madame Léonard ajoute qu’il « vouait une admiration profonde à Mozart, il en a interprété énormément, il s’en est imprégné, il a écrit un article sur lui. Nielsen est plus romantique que Mozart, mais on entend son influence dans le geste, dans l’énergie. »

Il y a également un côté pédagogique dans la démarche. Mélanie Léonard parle de l’envie de « recontextualiser la musique de Mozart, la présenter sous un éclairage peut-être nouveau, avoue-t-elle timidement. Chaque fois que je suis invitée dans un orchestre, on veut toujours un programme dont on soit fier, qui excitera le public autant que nous. Mais ça peut être très éclectique, avec des fils conducteurs surprenants entre compositeurs. Il n’y a pas de limites. J’aime présenter les grands maitres, quand le public se reconnait dans les œuvres mais aussi le surprendre, positivement, lui apporter quelque chose de nouveau. J’adore quand, à la fin d’un concert, le public vient me voir et me fait part de ses impressions. » Une invitation au partage.

Direction musicale : Jonathan Cohen. Chef d’orchestre : Mélanie Léonard. Production : Les Violons du Roy. Musique classique. Durée : 1 h 35, incluant l’entracte.

www.violonsduroy.com
Photo : Marc Giguère

Cette entrevue est tirée de l'édition de décembre du magazine l'Entracte! Pour d'autres entretiens avec les artistes, cliquez ici.

Les Violons du Roy
12 janvier 2020 à 15 h 30
Salle Desjardins
Théâtre des Deux Rives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *