La vulnérabilité transformée en force de frappe de Mélanie Ghanimé

Par Yves Mallette

Dans son premier spectacle, Mélanie Ghanimé présente sa famille pour le moins particulière et elle s’ouvre également sur sa vie personnelle. Sans détour, sans pudeur… et sans censure.

Cette première offrande arrive neuf ans après l’obtention de son diplôme de l’École nationale de l’humour. Cela peut paraitre long, mais pas aux yeux de la monologuiste. « J’ai quand même fait beaucoup de scène et participé à plusieurs projets variés durant toutes ces années. Étant très perfectionniste, j’avais vraiment besoin de me sentir prête avant de faire le grand saut, avoue-t-elle. Et j’ai bien fait. C’est un bon spectacle avec un rythme très rapide. J’ai tellement de plaisir. »

Sur scène, celle qui travaille aussi comme animatrice d’événements, en plus d’avoir participé pendant quelques saisons à l’émission Direct dans l’net, se présente seule avec son micro, un tabouret et une bouteille d’eau, ce qui annonce un style stand-up dans sa plus pure tradition.

Brut et brute
L’humoriste a beaucoup de choses à exprimer et le titre de son spectacle révèle un peu ce qu’elle dira… et comment ça va sortir. « Sans aucun filtre, je vais au cœur de ce que je suis et de ce que je ressens (brut), mais ça sort un peu rough quand je parle (brute), d’où le titre BRUT(e). Je suis contente de pouvoir faire ça, car cela me permet de m’amuser avec les nuances et d’exposer une certaine vulnérabilité qui touche les gens. »

Mélanie Ghanimé décrit l’essence de son spectacle en disant que c’est comme si elle s’explorait en public et que cette expérience se reflétait chez les gens dans la salle un peu comme l’effet d’un miroir.

« Je trouve cette dynamique très intéressante. Je ne fais aucun détour, je vais directement aux vraies affaires, ce qui accentue sans doute la réaction du public, dont plusieurs vivent les mêmes choses. Et ça fait du bien. Finalement, je crois qu’il s’agit d’un feel good show. C’est rafraichissant, un peu comme quand on retourne la terre dans le jardin », révèle l’humoriste d’origine libanaise née au Québec.

Invitée à identifier un élément dont elle est particulièrement fière, Mélanie Ghanimé n’hésite pas à parler de sa capacité de surprendre les gens, de les emmener dans des zones où ils ne s’attendaient vraiment pas à se retrouver.

Porno, féminisme, etc.
Mélanie Ghanimé avoue analyser constamment les comportements humains en essayant « de voir comment ça marche ». Elle se sert volontiers de ses propres expériences en racontant des anecdotes qui, souvent, mettent ses observations en relief.

Elle parle notamment de ses rencontres avec son psy, une thérapie d’où ressortent plusieurs concepts qu’elle a de la difficulté à appliquer, de ses expériences comme animatrice de mariage, d’épilation laser, d’émissions de télé, de Tinder et de ses parents, ce qui lui permet un clin d’œil au racisme et au sexisme.

Elle adopte également un ton plus féministe en parlant de ses réflexions sur ses valeurs, la façon dont elle perçoit sa féminité et la place des femmes dans la société. « C’est un ton un peu plus féministe, mais avec un angle qui laisse place au rire. Ce n’est vraiment pas moralisateur. Je dis juste avec franchise comment je vis certaines choses », fait savoir celle qui a deux fois été finaliste aux Olivier pour le numéro de l’année.

Ce volet un peu plus engagé ne l’empêche pas de présenter des numéros où il est question de mauvaises expériences sexuelles, de masturbation et de pornographie. L’humoriste ne cache pas que dans un tel univers, elle se permet d’être crue et osée, mais elle dit s’arrêter tout juste avant de franchir la ligne qui mène à la vulgarité.

Achetez vos billets en ligne en cliquant ici 

Cet article a été initialement publié en page 28 et 29 de l’édition de mars 2019 du magazine l’Entracte de la SPEC du Haut-Richelieu. Photo par Myriam Frenette


Mélanie Ghaminé
2 mars 2019 à 20 h 
Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean
Places réservées

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *