Hélène Ducharme : faire voyager les enfants autrement

Le spectacle Les contes ambulants est né au printemps dernier alors que la pandémie frappait de plein fouet l’univers des arts vivants. Désireux de poursuivre leur art, l’équipe du Théâtre Motus a rassemblé trois contes de son répertoire, soit Otijera et le jeûne du rêve, Baobab et La Chasse-galerie. Ils les ont remodelés pour ensuite les accoler dans ce qui allait devenir un merveilleux voyage destiné aux enfants de 5 ans et plus.

Voir Les contes ambulants

Présentée cet été dans une quinzaine de festivals sous la forme de théâtre de rue, la production portée par les comédiens Marco Collin, Stéphan Côté et Sharon James se transporte maintenant sur scène grâce à une résidence de création du 11 au 13 janvier au Théâtre des Deux Rives qui permet d’adapter le spectacle avec les éclairages, décors et la technique nécessaire. Un bel exercice notamment pour la metteure en scène et auteure Hélène Duchrame accompagnée de la directrice technique de la production, Valérie Bourque. Les spectateurs de la SPEC du Haut-Richelieu pourront assister ce mercredi 13 janvier à 18h30 à la webdiffusion en direct de l’œuvre artistique finale.

Webdiffusion des Contes ambulants : un jeu d’enfant ?
Rencontrée à mi-parcours, Hélène Ducharme, qui est également la directrice artistique du Théâtre Motus, estime que la présence de la petite équipe au Théâtre des Deux Rives est cruciale pour ajuster le jeu des comédiens qui doivent dorénavant jongler avec un parterre qui accueillera (un jour) des spectateurs, mais aussi les quatre caméras mobiles nécessaires à la captation du spectacle.

« On expérimente et on repense le jeu, dit-elle, ajoutant que celui-ci s’apparente maintenant parfois au jeu devant caméra. Il faut s’adresser à la salle, mais il faut aussi regarder les caméras. Ce n’est pas grave par contre si les comédiens regardent le parterre pendant que la caméra les filme de côté. Il ne faut pas non plus regarder uniquement les caméras ! La captation nous permet aussi de belles choses, dont avec les micromarionnettes présentent dans le conte de La Chasse-galerie qu’on peut filmer de près et ainsi observer les détails. »

Le fait d’être webdiffusé a aussi inspiré l’ajout du théâtre d’ombres. « Normalement, on aurait installé les projecteurs à même la scène, mais on les a plutôt installés en dehors du cadre des caméras et on ne voit que les ombres, explique celle qui travaille habituellement avec des mécanismes à vue plutôt que cachés. C’est l’fun, car ça emmène de la magie et un univers incroyable dans lequel on peut imager des ciels étoilés, le temps qui passe, etc. »

Voyager par l’humain
Habituée à placer les récits au sein des différentes cultures, Hélène Ducharme estime que Les contes ambulants sont un moment pour voyager autrement, à travers les plaines de l’Afrique de Baobab, l’univers des légendes iroquoises d’Otijera et le jeûne du rêve, de même que de s’envoler à bord du canot de La Chasse-galerie au-dessus des toits d’un village typique québécois d’antan. Autant de places que d’histoires qui plairont aux enfants et leur feront découvrir des espaces riches en imaginaire.

« J’aime le voyage, les rencontres entrent plusieurs personnes et leurs relations, poursuit la cofondatrice du Théâtre Motus aux côtés de Sylvain Massé au tournant du millénaire. On sort de l’ethnie et de l’accent pour communiquer avec les personnages. J'aime les faire voyager pour aller à la rencontre de quelque chose qui les touche. Les enfants s’identifieront aux personnages, qu’ils soient de l’Afrique de l’Ouest, Autochtones ou Québécois et c’est ce qui est important. »

Crédits Les contes ambulants
Texte et mise en scène : Hélène Ducharme
Assistance à la mise en scène : Danaëlle Ducharme-Massé
Musique et environnement sonore : Stéphan Côté ainsi que Nathalie Cora et Aboulaye Koné
Marionnettes et masques : Jean Cummings, Sylvain Racine et Claude Rodrigue
Théâtre d'ombres : Jean Cummings et Marcelle Hudon
Scénographie : Normand Blais
Costumes : Diane Lavoie
Collaborateurs à la création de BULLES : Sylvain Massé et Michel St-Amand
Régie : Valérie Bourque
Lumières : Valérie Bourque et Michel St-Amand
Avec Marco Collin, Stéphan Côté et Sharon James

Crédit photo : Robert Etcheverry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *