Faire découvrir les danses autochtones

Par Myreille B. Danseuse et chorégraphe depuis plus de 25 ans et originaire de Kahnawake, Barbara Kaneratonni Diabo sera à Saint-Jean-sur-Richelieu afin de nous initier aux diverses facettes de l'art et de la danse autochtones.

Spécialisée dans le mélange des danses traditionnelles des Premières Nations et des styles contemporains, elle précise : « Cette conférence est destinée à un public de tout âge. Mon but est d'encourager la communication entre les cultures et les générations. » La culture des Premières Nations est ancrée dans notre histoire. Depuis des temps immémoriaux, elles ont recours à diverses expressions artistiques, dont la danse et la tradition orale pour transmettre leurs connaissances, leurs valeurs ainsi que les rituels d'une génération à l'autre. La danse s'inscrit dans un désir d'union avec leur mémoire collective et avec leur prochain.

Voir le Grand rendez-vous artistique

Appuyée d'extraits visuels, l’artiste présentera un point de vue global de la diversité culturelle, de la danse autochtone certes, mais également un panorama singulier de l'art autochtone. « Pour moi, il est vraiment important de donner une vue d'ensemble de la danse, des arts, de notre histoire. Expliquer les raisons pour lesquelles on fait ce que nous faisons de cette manière, démontrer nos perspectives, nos valeurs et l'esthétique qui sont différentes afin que le public puisse apprécier davantage la danse autochtone. »

Le vêtement porté lors des prestations est d'ailleurs très important et significatif. « Dans notre culture, les diverses expressions artistiques sont interreliées entre elles. Par exemple, quand je danse un pow-wow, je crée la chorégraphie mais aussi le chant qui l'accompagne et je fabrique aussi mon propre regalia, mon habit cérémonial. » C'est ainsi qu’à travers les couleurs, les broderies et les accessoires, dont la danseuse est parée, que le chant et ses mouvements corporels deviennent un prolongement d'elle-même. « L'ensemble de la performance devient ainsi l'expression de moi-même et de ce que je désire exprimer. Le regalia est inspiré de nos ancêtres et représente une continuation de nos vêtements culturels. Il peut exprimer diverses choses. J'ai plusieurs regalias, notamment pour représenter chacune des saisons, mais aussi pour exprimer diverses émotions et thématiques que je désire partager avec le spectateur. »

La démarche artistique de Barbara Kaneratonni Diabo s'inscrit dans un héritage riche ancré aussi dans la modernité. « Je mélange et j'explore les danses culturelles avec d'autres formes de danse contemporaine pour partager et exprimer l'histoire autochtone. » Inspirer, encourager la fierté culturelle, élever l’esprit et le discours en offrant des performances, des ateliers et des conférences à travers le pays et le continent, tout cela représente des défis que la jeune femme s'est donnés. « C'est très important d'avoir une interaction avec mon public. Il ne faut pas seulement parler de l'Histoire; quand on y ajoute l'art, cela permet un autre niveau de compréhension. » Raconter nos histoires à travers l’art s’inscrit dans une longue tradition en devenir. Honorer le parcours des ancêtres autochtones, se tourner vers les générations futures, comprendre et explorer différentes perspectives est, selon moi, la clé de l’évolution. »

Elle sera accompagnée d'artistes autochtones lors de cette conférence qui sera présentée le 31 octobre prochain à 14 h dans le cadre des Grands Rendez-vous artistiques de la SPEC du Haut-Richelieu. Elle y abordera également la tragédie de Québec en 1907 qui lui a inspiré un grand spectacle, Danseurs du ciel, présenté au Théâtre des Deux Rives le jeudi 4 novembre.

Découvrir les danses autochtones
31 octobre 2021 à 14 h
Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean
Places réservées

Billets disponibles ici

* Cette entrevue a initialement été publiée dans l'édition d'octobre 2021 du magazine l'Entracte de la SPEC du Haut-Richelieu. Pour consulter cette édition, cliquez ici.

Photo Mario Faubert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *