Emmanuel Bilodeau : dans le pétrin

Par Yves Mallette. Emmanuel Bilodeau a bien appris comment se servir d’un pétrin, ce récipient dans lequel on mélange la pâte à pain. Car pour lui, faire du pain est un symbole d’amitié et de partage. Mais en même temps, il se demande comment se sortir du pétrin, lui qui se définit comme un gars anxieux qui a fait trop d’enfants. Tout cela nous amène au titre de son deuxième spectacle solo : Dans le pétrin.

Comédien fort apprécié du public pour ses grands rôles au cinéma et à la télévision, l’artiste verse dans l’humour depuis quelque temps. C’est arrivé par accident : « Le déclic s’est fait à l’occasion des Rendez-vous du cinéma québécois alors qu’on m’a invité à faire un discours d’introduction. Les gens ont beaucoup ri et j’ai trouvé ça très agréable. Je me suis souvenu que, tout petit, j’aimais faire rire mes douze frères et sœurs, mais étant très gêné, jamais je n’avais pensé monter un jour seul sur scène pour faire rire les gens. »

Pourtant, il a osé en offrant un premier spectacle solo : le One Manu Show. Et voilà que ce père de quatre enfants occupe les scènes avec un deuxième spectacle dans lequel il avoue être un peu dépassé par la lourdeur des contingences matérielles et humaines de la vie quotidienne.

VOIR EMMANUEL BILODEAU

Angoissé… et drôle
« Je décris l’univers d’un gars inquiet qui veut sauver le monde et qui fait trop d’enfants, raconte l’humoriste. Au quotidien, je passe beaucoup de temps à la maison. Je tiens à être présent pour mes enfants, mais en même temps, c’est une vie qui ne s’arrête jamais et qui peut être épuisante par moment. » Une thématique qui rejoint bien des gens.

Emmanuel Bilodeau s’ouvre aussi sur des sujets qui le touchent comme les enjeux environnementaux. Il insiste également sur la nécessité de bien se nourrir. Il se permet d’ailleurs une amusante montée de lait sur le sucre et sur l’alimentation en général, assumant son orthorexie, cette obsession pathologique pour la nourriture saine. « J’ai un petit côté éco-anxieux. Mais l’état de la planète nous donne raison de nous inquiéter pour l’avenir de nos enfants. On ne peut pas faire comme si de rien n’était. Ça me fait du bien de partager mes inquiétudes tout en faisant rire », confie l’artiste.

Dans son spectacle, il y a va aussi d’un discours politique et il fait intervenir deux personnages, Tomato, un ancien politicien, et Popol, un vieillard de 108 ans composé un peu en l’honneur du regretté Paul Hébert, un comédien, metteur en scène et directeur de théâtre que M. Bilodeau admirait beaucoup. Pendant la soirée, il se permet de courtes pauses sur scène, faisant du pain et chantant un peu, ce qui lui permet de respirer parce qu’il parle vite, reconnait-il. Un verbomoteur à la André Sauvé.

Celui dont on qualifie l’humour de parfois léger et niaiseux, parfois philosophe et sombre, est pourtant bien embêté quand on lui demande de décrire son style : « Je suis incapable de m’accoler une étiquette. Je ne construis pas mes numéros en suivant une recette. J’ai un style débridé qui est peut-être un mélange de tout. Mais c’est quand même organisé. Il y a beaucoup d’autodérision. »

Les rires qu’il suscite représentent l’essence qui lui permet de continuer à avancer dans le monde de l’humour : « J’aime beaucoup le monde et les spectacles sont pour moi des rencontres amicales. Je constate par ailleurs que l’humour est un moyen extraordinaire de communiquer. »

Emmanuel Bilodeau précise qu’il se produit en toute simplicité en posant des gestes écologiquement responsables qui s’inscrivent dans une démarche carboneutre. Il se produit lui-même, transporte son décor, son matériel… en voiture électrique. Dans le cas d’Emmanuel Bilodeau, l’expression « joindre le geste à la parole » prend tout son sens.

Crédit photo Albert Elbilia

Emmanuel Bilodeau
27 mai 2022 à 20 h
Pôle culturel de Chambly
Places réservées

Cette entrevue a initialement été publiée dans l'édition de décembre 2021 du magazine l'Entracte de la SPEC du Haut-Richelieu. Pour consulter l'intégral, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *