De Temps Antan: un gros party pour clore l'année

Par Isabelle Laramée
Lorsque les membres de la formation trad De Temps Antan monteront sur la scène du Théâtre des Deux Rives le 18 décembre pour leur webdiffusion en direct, il se sera écoulé dix mois depuis leur dernier spectacle. Une éternité pour des artistes habitués à performer partout au monde. Véritable terrain de jeu, la Terre aura arrêté de tourner… jusqu’au 18 décembre.

« On est crinqué, lance le violoniste David Boulanger. C’est avec toute cette énergie-là qu’on va arriver sur scène. Ça fait un bout de temps qu’on n’a pas fait de spectacle, qu’on ne s’est pas vu les trois gars. Ça va être un beau moment. » Il faut dire que dès le début du confinement, les membres de la formation De Temps Antan ont décidé de rester discrets, « de ne pas trop se montrer la bette sur les réseaux sociaux, confie-t-il. Le contact avec le public est quelque chose d’important pour nous lorsqu’on est en spectacle, et c’était important pour nous de préserver cet aspect. Il faut dire qu’on ne se reconnaissait pas avec ce qu’on voyait. Mais, plus ça va, plus on a le goût de revenir sur scène ! »

Voir De Temps Antan

Visiblement ému par l’éventuel retour sur les planches de la formation, David Boulanger se dit fébrile à l’idée de retrouver ses acolytes. Il faut dire qu’à l’instar des autres groupes de musique traditionnelle québécoise, c’est à l’étranger que le groupe tourne le plus. Leur quotidien est donc plutôt soudé. « La tournée c’est la franche camaraderie, de nouvelles rencontres, de nouveaux paysages et des amis qu’on retrouve dans chaque pays qu’on visite », poursuit l’artiste qui se dit toutefois réaliste et n’entrevoit pas dans un avenir rapproché de prendre l’avion pour de telles tournées à l’international. Le spectacle du 18 décembre renouera la complicité sur scène entre David et les deux autres membres de la formation, Éric Beaudry et Pierre-Luc Dupuis. « De se retrouver, c’est hyper plaisant. C’est en même temps hyper étrange de ne pas s’être vu pendant si longtemps. Ça va nous remettre au focus. En même temps, ce spectacle, cette opportunité de retrouver les gens, ça représente beaucoup pour nous. »

Musique traditionnelle
Véritables ambassadeurs de la musique traditionnelle québécoise à l’international, De Temps Antan brille en tête d’affiche à de nombreux endroits, dont le Carnegie Hall de New York où la formation a présenté le spectacle Solo en compagnie du Vent du Nord en janvier dernier. Honoré d’avoir eu la chance de performer dans l’une des salles les plus prestigieuses au monde, David Boulanger estime que la musique trad gagnerait à être davantage connue ici au Québec. « Cette musique est quelque chose en nous, soutient celui qui était de La bottine souriante avant de rejoindre De Temps Antan il y a trois ans. Ça éveille les passions et des sentiments qu’on n’imagine pas avoir en nous. C’est notre musique à nous ! Si je me fie à l’impact qu’a notre musique traditionnelle sur le public à travers le monde, elle connecte assurément avec la majorité des gens, dont les Québécois. La musique trad, c’est beau, c’est grand, c’est nous ! C’est l’histoire des gens qui sont ici depuis si longtemps. »

Ne lui demandez pas si la musique trad a sa place uniquement dans le temps des Fêtes. Oh diable, surtout pas ! David Boulagner vous répondra du tac au tac qu’on y parle plus souvent du mois de mai que de la Nouvelle Année ! « Mais je ne suis pas contre l’idée qu’on en parle plus souvent dans ce moment particulier du calendrier », lance-t-il à la blague, ajoutant que plus cette musique a sa place, plus il est heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *